Convergences-CVL > Arnaud Legros

Arnaud Legros

Arnaud LegrosNetB
Arnaud LegrosNetB

Arnaud Legros, Président du directoire des Résidences Yvelines Essonne

Reprendre en main la gestion de nos locaux commerciaux

Le bailleur social Les Résidences Yvelines Essonne possède près de 300 locaux commerciaux attachés à ses immeubles de logements. Arnaud Legros, président du directoire, explique à Parlons Commerce les enjeux de la gestion renforcée qu’il mettra bientôt en place pour ce patrimoine.

Que représentent les locaux commerciaux dans le patrimoine et l’activité des Résidences Yvelines Essonne ?

Nous possédons 287 locaux commerciaux répartis sur 27 quartiers, souvent des quartiers prioritaires de la politique de la ville où ils ont suivi, eux aussi, la pente de la dégradation générale. Beaucoup sont vides – nous avons un taux de vacance de 30 % – et ceux qui sont occupés génèrent des revenus locatifs très faibles. Nos loyers sont en moyenne inférieurs de 50 % à ceux que pratiquent d’autres bailleurs sociaux. Au fond, cela n’a rien d’étonnant : jusqu’à maintenant, nos locaux commerciaux n’ont pas été véritablement gérés. Ou plutôt, ils étaient gérés comme le sont nos logements, ce qui n’est évidemment pas adapté.

Comment comptez-vous reprendre en main la gestion de votre patrimoine commercial ?

C’est assez simple, nous voulons faire l’inverse de ce que nous faisions jusqu’à maintenant ! Le commerce était marginal, il doit devenir prioritaire. Notre premier objectif est de louer correctement nos locaux et d’augmenter notre chiffre d’affaires. Cela aura en outre pour effet, dans les quartiers concernés, de rendre nos logements plus attractifs. Seulement, ce n’est pas notre métier. La gestion des locaux commerciaux est une affaire de spécialistes, il faut connaître à fond le fonctionnement du commerce. C’est pour cela que nous avons choisi de travailler avec Convergences-CVL. Leur mission commence tout juste et à ce stade nous partons vraiment d’une page blanche : allons-nous créer un service dédié ou externaliser entièrement la gestion ? Je n’ai pas d’a priori sur ce sujet, nous en déciderons sur la base de propositions.

Finalement, le commerce semble revêtir une importance stratégique pour Les Résidences ?

Absolument. Même s’ils représentent une faible proportion de notre chiffre d’affaires, la présence de commerces de qualité est essentielle pour nos locataires et pour l’animation des quartiers, au même titre que les transports et les services publics. C’est la raison pour laquelle les villes avec lesquelles nous travaillons y sont particulièrement attentives. Nous avons donc un besoin impératif de compétences sur ce sujet, non seulement en termes de gestion comme je viens de l’évoquer, mais également en termes de conception. Les cas de figure sont variés, entre nos programmes neufs d’une trentaine de logements et les grands projets de renouvellement urbain auxquels nous participons. Mais dans tous les cas, il ne faut pas se tromper : même si on peut être tenté de prévoir systématiquement des commerces en rez-de-chaussée, où les logements ne sont pas recherchés, on ne peut pas mettre n’importe quel commerce n’importe où. Voilà une autre raison pour laquelle nous avons voulu nous entourer de spécialistes.

Mai 2017

À lire ce mois-ci :

Geler les surfaces commerciales de périphérie ? Un combat d’arrière-garde

Les résidences Yvelines Essonne : Accompagner un bailleur de logements propriétaire de locaux commerciaux

Clermont-Ferrand (63) : Étude sur le développement économique et commercial des quartiers “politique de la ville”

Val-de-Reuil (27) : Une stratégie commerciale intégrée au projet de renouvellement urbain du centre-ville