Convergences-CVL > Jean-Marc Coly

Jean-Marc Coly

Coly Jean-Marc 72
Coly Jean-Marc 72
Jean-Marc Coly, Directeur Général Amundi Immobilier

Nous privilégions la qualité des emplacements et la mutualisation des risques

Jean-Marc Coly est le directeur général d’Amundi Immobilier, qui gère 24 milliards d’euros d’actifs immobiliers, dont une part, en croissance prudente, de locaux commerciaux.

Quel regard portez-vous sur l’immobilier commercial ?

L’Eldorado que vous avons connu dans les années 1990-2000 est bien terminé. La période actuelle est plutôt hélas aux centres-villes qui se vident et aux centres commerciaux en difficulté. Les retail parks résistent, à condition d’être très récents. L’Europe de l’Est a été un formidable marché de développement mais cette époque est aussi derrière nous. Clairement, le modèle est en train de changer. On devrait assister à des situations de plus en plus contrastées entre les gagnants et les perdants, mais il est encore difficile de les compter. On entend des théories contradictoires, les experts se disent eux-mêmes dans l’expectative. Dans ces conditions, nous restons évidemment prudents, en nous concentrant sur les incontournables, même si nous devons les payer plus cher et en tirer un rendement inférieur.

Quelle est votre stratégie d’investissement en matière commerciale ?

Le commerce est pour nous un axe de diversification opportuniste. Il n’est pas destiné à représenter plus de 15 % à 20 % de nos investissements annuels, qui restent majoritairement concentrés sur le bureau.

L’année 2017 sera un peu exceptionnelle puisque, sur les 4 milliards d’euros que nous avons déjà investis, 500 millions sont placés dans des biens immobiliers commerciaux, en particulier les deux portefeuilles d’actifs diversifiés que nous avons acquis auprès de Grosvenor Europe, mais aussi 3 boutiques situées sur l’avenue Victor Hugo à Paris. On voit par là que la taille ou la nature des actifs n’est pas un critère. Nous privilégions d’une part l’emplacement, d’autre part la mutualisation des risques grâce à des portefeuilles d’actifs répartis sur un grand nombre de sites. En revanche, nous sommes devenus assez circonspects vis-à-vis des galeries commerciales attachées à des locomotives alimentaires, qui ne dégagent pas toujours les résultats que nous en attendons pour nos fonds.

Avez-vous une stratégie de création de valeur particulière ?

Nous avons une équipe dédiée à l’immobilier commercial, qui se consacre à analyser les dossiers qui nous sont présentés et à sélectionner précisément des actifs core au rendement confirmé. Nous ne sommes pas du tout orientés vers la création de valeur ou le repositionnement d’actif, ce n’est pas notre métier. Notre action de gestion, cohérente avec notre stratégie d’emplacement qui nous fait privilégier des sites faciles à louer, consiste d’abord à entretenir la satisfaction des locataires et à maintenir le flux locatif.

Octobre 2017

A lire aussi :

Qui créera la valeur de l’immobilier commercial demain ?

Creysse (24) : Le projet d’extension du centre commercial 3V autorisé en CDAC

Table ronde retail CBRE-Convergences

Nos dernières signatures en commercialisation